Publié par : juanat | février 14, 2012

Le secret de la Licorne

Le Secret de La Licorne est le onzième album de bande dessinée des aventures de Tintin, prépublié en noir et blanc du 11 juin 1942 au 14 janvier 1943 dans les pages du Soir. L’album en couleur est paru en 1943.

Synopsis

Tintin achète une maquette de bateau pour le capitaine Haddock. Par coïncidence, c’est celle d’un navire, La Licorne, que commandait l’ancêtre de celui-ci, le chevalier de Hadoque. Tintin découvre dans le grand mât de la maquette un parchemin incompréhensible. Entre-temps, le capitaine retrouve dans son grenier un coffre contenant des objets ayant appartenu à son ancêtre. Tintin et Haddock apprennent l’existence d’un trésor et décident de se lancer à sa recherche. Mais la maquette est volée…

 Tintin apprend par la suite qu’il existe deux autres répliques du navire. Remontant les pistes, il retrouve les voleurs : les frères Loiseau, vivant au château de Moulinsart. Il les arrête et récupère les autres parchemins chez un pick-pocket. Les trois parchemins réunis et l’énigme (en partie) résolue, il ne reste plus qu’à partir chercher le trésor…

 L’histoire se poursuit dans l’album suivant, Le Trésor de Rackham le Rouge.

(Wikipedia)

Le Bande dessinnéhttp://animacionalalectura.es/tintin3.pdf

Le Film

  • Réalisé par :
    Steven Spielberg
  • Avec :
    Jamie Bell, Daniel Craig, Andy Serkis
  • Durée :
    1h47min
  • Pays de production : Etats-Unis
  • Titre original :
    The Adventures of Tintin: The Secret of the Unicorn
  • Distributeur : Sony Pictures Releasing France
  • Synopsis :
    Parce qu’il achète la maquette d’un bateau appelé la Licorne, Tintin, un jeune reporter, se retrouve entraîné dans une fantastique aventure à la recherche d’un fabuleux secret. En enquêtant sur une énigme vieille de plusieurs siècles, il contrarie les plans d’Ivan Ivanovitch Sakharine, un homme diabolique convaincu que Tintin a volé un trésor en rapport avec un pirate nommé Rackham le Rouge. Avec l’aide de Milou, son fidèle petit chien blanc, du capitaine Haddock, un vieux loup de mer au mauvais caractère, et de deux policiers maladroits, Dupond et Dupont, Tintin va parcourir la moitié de la planète, et essayer de se montrer plus malin et plus rapide que ses ennemis, tous lancés dans cette course au trésor à la recherche d’une épave engloutie qui semble receler la clé d’une immense fortune… et une redoutable malédiction. De la haute mer aux sables des déserts d’Afrique, Tintin et ses amis vont affronter mille obstacles, risquer leur vie, et prouver que quand on est prêt à prendre tous les risques, rien ne peutvous arrêter…

 

Publié par : juanat | mars 27, 2011

Astérix gladiateur


Voici les réponses aux questions sur le livre de lecture de ce trimestre de l’EOI.

1- Pourquoi les Romains veulent capturer Assurancetourix?
Parce que le préfet des Gaules, Caligula, part en congé à Rome et la coutume veut que il apporte à Ce´sar un beau cadeau. C’est pour ça qu’il veut ramener à César un des gaulois.

2- Qu’est-ce qu’un barde ?
Un barde c’est une personne que chante pour raconter des histoires à d’autres.

3- Que va faire Keskonrix dans la forêt ?
Il était en train de chasser le marcassin.

4- Quelle est la seule chose à craindre des Gaulois?
La seule chose qu’ils ont à craindre c’est que le ciel leur tombe sur la tête.

5- Quel est le pari proposé par Obélix ?
Il lui dit à Astérix que celui qui assommera le plus de légionnaires aura gagné.

6- Quel est le métier d’Obélix ?
Il est un tailleur de pierre, il sculpte menhirs.

7- Pourquoi Obélix est tellement fort ?
Parce que quand il était petit garçon est tombé dans la potion magique.

8- Pourquoi Astérix et Obélix décident-ils d’aller à Rome ?
Parce qu’ils veulent sauver le barde

9- Comment on dit sanglier en latin ?
Singularis porcus.

10- En quoi consiste le vieux signe gaulois qui signifie qu’on désire être embarqué ?
Il consiste en replier les quatre doigts et étendre le pouce dans la direction où l’on désire aller.

11- Quels produits transporte la galère phénicienne ?
Il transporte du verre, des bijoux, des tissus, de la pourpre, des meubles.

12- Que fait Plaintcontrix comme métier ?
Il est le propriétaire d’un restaurant Gaulois.

13- Quel est le repas préféré d’Obélix ?
Ce qu’il aime le plus est de manger le sanglier.

14- Qu’est-ce qu’une « insula » ?
C’est une maison où les gens habitent les uns au-dessus des autres.

15- Que veut dire HLM dans Astérix gladiateur ?
Habitations Latines Mélangées.

16- Quelle est la phrase répétée par Obélix à propos des Romains ?
Ils sont fous ce romains !

17- Dans quelle auberge Astérix et Obélix vont-ils se loger ?
Ils veulent se loger dans l’auberge en face du cirque.

18- Pourquoi les Romains mettent-ils du persil dans les oreilles ?
Ils ont mis le persil dans les oreilles pour ne pas entendre le barde.

19- Trouvez la solution de la charade : « Mon premier ouvre les portes ; mon deuxième se boit; mon troisième garde les moutons et Jules César aime mon tout ».
Cléopâtre.

20- Quelle est la salutation que les gladiateurs adressent à Jules César ?
César, Morituri te salutant !

Et ici un résumé du BD.

Publié par : juanat | mars 3, 2011

Crêpes, Pancakes, Frixuelos et Filloas

 
Crêpes

Apprenez à faire les crêpes



Pancakes recipe

Frixuelos

Filloas

Publié par : juanat | mars 3, 2011

Georges Moustaki

Le jeune facteur est mort
Il n’avait que dix-sept ans

L’amour ne peut plus voyager
Il a perdu son messager

C’est lui qui venait chaque jour
Les bras chargés de tous mes mots d’amour
C’est lui qui portait dans ses mains
La fleur d’amour cueillie dans ton jardin

Il est parti dans le ciel bleu
Comme un oiseau enfin libre et heureux
Et quand son âme l’a quitté
[Más Letras en http://es.mp3lyrics.org/XAa%5D
Un rossignol quelque part a chanté

Je t’aime autant que je t’aimais
Mais je ne peux le dire désormais

Il a emporté avec lui
Les derniers mots que je t’avais écrit

Il n’ira plus sur les chemins
Fleuris de roses et de jasmins
Qui mènent jusqu’à ta maison
L’amour ne peut plus voyager
Il a perdu son messager
Et mon coeur est comme en prison

Il est parti l’adolescent
Qui t’apportait mes joies et mes tourments
L’hiver a tué le printemps
Tout est fini pour nous deux maintenant

Subtitulado en español

En otra versión muy bonita

Publié par : juanat | février 3, 2011

Le petit chaperon rouge

Le petit chaperon rouge, de Charles Perrault.

Le conte du Petit Chaperon rouge existe dans plusieurs versions. Retrouvez-les dans différentes langues. Les contes de fées sont chargés de véhiculer des vérités cachées. Plusieurs domaines du savoir humain en proposent une interprétation. Promenez-vous dans l’animation du Petit Chaperon rouge (en projet) et détendez-vous avec les jeux.

Une sélection des célèbres Contes de Charles Perrault (1628-1703) (Livres audio mp3)

Publié par : juanat | février 3, 2011

Nathalie

La place Rouge était vide

Devant moi marchait Nathalie

Il avait un joli nom, mon guide

Nathalie

 La place Rouge était blanche

La neige faisait un tapis

Et je suivais par ce froid dimanche

Nathalie

 Elle parlait en phrases sobres

De la révolution d’octobre

Je pensais déjà

Qu’après le tombeau de Lénine

On irait au cafe Pouchkine

Boire un chocolat

La place Rouge était vide

J’ai pris son bras, elle a souri

Il avait des cheveux blonds, mon guide

Nathalie, Nathalie…

Dans sa chambre à l’université

Une bande d’étudiants

L’attendait impatiemment

On a ri, on à beaucoup parlé

Ils voulaient tout savoir

Nathalie traduisait

Moscou, les plaines d’Ukraine

Et les Champs-Élysées

On à tout melangé

Et l’on à chanté

Et puis ils ont débouché

En riant à l’avance

Du champagne de France

Et l’on à dansé

Et quand la chambre fut vide

Tous les amis etaient partis

Je suis resté seul avec mon guide

Nathalie

Plus question de phrases sobres

Ni de révolution d’octobre

On n’en était plus là

Fini le tombeau de Lenine

Le chocolat de chez Pouchkine

C’est, c’était loin déjà

Que ma vie me semble vide

Mais je sais qu’un jour à Paris

C’est moi qui lui servirai de guide

Nathalie, Nathalie

Publié par : juanat | janvier 28, 2011

Ne me quitte pas

Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s’oublier
Qui s’enfuit deja
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu
A savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
A coups de pourquoi
Le coeur du bonheur
Ne me quitte pas (4 fois)
Moi je t’offrirai
Des perles du pluie
Venues de pays
Oui, il ne pleut pas
Je creus’rai la terre
Jusqu’apres ma mort
Pour couvrir ton corps
D’or et de lumière
Je f’rai un domaine
Où l’amour s’ra roi
Où l’amour s’ra loi
Où tu seras reine
Ne me quitte pas (4 fois)
Ne me quitte pas
Je t’inventerai
Des mots insenssé
Que tu comprendras
Je te parlerai
De ces amants la
Qui ont vu deux fois
Leurs coeurs s’embrasser
Je te racontré
L’histoire de ce roi
Mort de n’avoir pas
Pu te rencontrer
Ne me quitte pas (4 fois)
On a vu souvent
Rejaillir le feu
De l’ancien volcan
Qu’on croyait trop vieux
Il est parait il
Des terres brulées
Donnant plus de blé
Qu’un meilleur avril
Et quand vient le soir
Pour qu’un ciel flamboie
Le rouge et le noir
Ne s’épousent ils pas
Ne me quitte pas (4 fois)
Ne me quitte pas
Je n’vais plus pleurer
Je n’vais plus parler
Je me cacherai la
A te regarder
Danser et sourire
Et t’écouter
Chanter et puis rire
Laisse’moi devenir
L’ombre de ton ombre
L’ombre de ta main
L’ombre de ton chien
Ne me quitte pas (4 fois)

//

Publié par : juanat | décembre 22, 2010

Les enfoirés

Ce soir
On voudrait bien changer le monde
Changer le cours des chances
Et des peines perdues
Ce soir
On voudrait pouvoir répondre
A qui souffre en silence
Qu’on les a entendus
Si l’on s’aimait, si l’on s’aimait, mais
Faudrait plus tourner les yeux
Si l’on s’aidait, si l’on s’aidait, mais
C’est pas ce qu’on fait de mieux

L’espoir
C’est de s’aider mais sans céder
Aux veules tentations
De nos bonnes consciences
L’espoir
C’est de s’aimer, surtout semer
Ce qui résiste au poison
Des indifférences

(Ensemble)
Si l’on s’aimait, si l’on s’aimait, mais
Faudrait plus tourner les yeux
Si l’on s’aidait, si l’on s’aidait, mais
C’est pas ce qu’on fait de mieux

Si l’on s’aimait, si l’on s’aimait, mais
Faudrait plus tourner le yeux
Si l’on s’aidait, si l’on s’aidait, mais
C’est pas ce qu’on fait de mieux

« En » comme entraide, comme en avant aussi
« Foi » dans un autre avenir
« Rés » comme Restos, comme réagis

Enfoirés pour vous servir

Si l’on s’aimait, si l’on s’aimait, mais
Faudrait plus tourner les yeux
Si l’on s’aidait, si l’on s’aidait, mais
C’est pas ce qu’on fait de mieux

Si l’on s’aimait
Si l’on s’aidait
Oh si l’on s’aimait
Oh si l’on s’aidait
Si l’on s’aimait

http://www.enfoires.com/

Faire attention au sens de « Enfoirés »

Aimer à perdre la raison
Aimer à n’en savoir que dire
A n’avoir que toi d’horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

Ah c’est toujours toi que l’on blesse
C’est toujours ton miroir brisé
Mon pauvre bonheur, ma faiblesse
Toi qu’on insulte et qu’on délaisse
Dans toute chair martyrisée

Aimer à perdre la raison
Aimer à n’en savoir que dire
A n’avoir que toi d’horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

La faim, la fatigue et le froid
Toutes les misères du monde
C’est par mon amour que j’y crois
En elle je porte ma croix
Et de leurs nuits ma nuit se fonde

Aimer à perdre la raison
Aimer à n’en savoir que dire
A n’avoir que toi d’horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

Publié par : juanat | décembre 22, 2010

Joyeux Noël

Sur le long chemin
Tout blanc de neige blanche
Un vieux monsieur s’avance
Avec sa canne dans la main
Et tout là-haut le vent
Qui siffle dans les branches
Lui souffle la romance
Qu’il chantait petit enfant :

[Refrain:]
Vive le vent, vive le vent
Vive le vent d’hiver
Qui s’en va sifflant, soufflant
Dans les grands sapins verts…
Oh ! Vive le temps, vive le temps
Vive le temps d’hiver
Boule de neige et jour de l’an
Et bonne année grand-mère…
Joyeux, joyeux Noël
Aux mille bougies
Quand chantent vers le ciel
Les cloches de la nuit,
Oh ! Vive le vent, vive le vent
Vive le vent d’hiver
Qui rapporte aux vieux enfants
Leurs souvenirs d’hier…

Et le vieux monsieur
Descend vers le village,
C’est l’heure où tout est sage
Et l’ombre danse au coin du feu
Mais dans chaque maison
Il flotte un air de fête
Partout la table est prête
Et l’on entend la même chanson :
[au Refrain]

Boule de neige et jour de l’an
Et bonne année grand-mère !
Vive le vent d’hiver !

C’est la belle nuit de Noël
La neige étend son manteau blanc
Et les yeux levés vers le ciel
A genoux, les petits enfants
Avant de fermer les paupières
Font une dernière prière

Petit Papa Noël quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N’oublie pas mon petit soulier

Mais avant de partir, il faudra bien te couvrir
Dehors tu dois avoir si froid
C’est un peu à cause de moi
Il me tarde tant que le jour se lève
Pour voir si tu m’as apporté
Tous les beaux joujoux que je vois en rêves
Et que je t’ai commandés

Petit Papa Noel, quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N’oublie pas mon petit soulier

Le marchand de sable est passé
Les enfants vont faire dodo
Et tu vas pouvoir commencer
Avec ta hotte sur le dos
Au son des cloches des églises
Ta distribution de surprises

Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N’oublie pas mon petit soulier

Si tu dois t’arreter
Sur les toits du monde entier
Tout ca avant demain matin
Mets-toi vite vite en chemin
Et quand tu seras sur ton beau nuage
Viens d’abord sur notre maison
Je n’ai pas été tous les jours très sage
Mais j’en demande pardon

Petit Papa Noel, quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N’oublie pas mon petit soulier

Chants de Noël

www.vivenoel.com

Selection de lettre envoyées au Père Noël

Publié par : juanat | décembre 9, 2010

La bicyclette

Quand on partait de bon matin
Quand on partait sur les chemins
A bicyclette
Nous étions quelques bons copains
Y avait Fernand y avait Firmin
Y avait Francis et Sébastien
Et puis Paulette

On était tous amoureux d’elle
On se sentait pousser des ailes
A bicyclette
Sur les petits chemins de terre
On a souvent vécu l’enfer
Pour ne pas mettre pied à terre
Devant Paulette
Faut dire qu’elle y mettait du cœur
C’était la fille du facteur
A bicyclette
Et depuis qu’elle avait huit ans
Elle avait fait en le suivant
Tous les chemins environnants
A bicyclette

Quand on approchait la rivière
On déposait dans les fougères
Nos bicyclettes
Puis on se roulait dans les champs
Faisant naître un bouquet changeant
De sauterelles, de papillons
Et de rainettes
Quand le soleil à l’horizon
Profilait sur tous les buissons
Nos silhouettes
On revenait fourbus contents
Le cœur un peu vague pourtant
De n’être pas seul un instant
Avec Paulette

Prendre furtivement sa main
Oublier un peu les copains
La bicyclette
On se disait c’est pour demain
J’oserai, j’oserai demain
Quand on ira sur les chemins
A bicyclette

Older Posts »

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.